Résumé

Cette étude a été menée dans la ville de Kisangani en RD Congo entre Janvier et Mars 2018, avec l’objectif d’appréhender la situation actuelle de l’aviculture familiale pour apporter notre contribution au développement de cette exploitation.150 aviculteurs détenant un effectif de 2271 volailles ont été enquêtés. Cette spéculation est pratiquée à 56 % par les femmes. Les poules locales représentent 86% de l’effectif total de volailles suivis des canards (7%). L’élevage se fait en divagation, 27% de nos enquêtés ont prévis des abris semi-adaptés pour leurs animaux. L’alimentation des animaux ne se fait pas pour 86,6% des éleveurs. Les mesures prophylactiques ne sont pas observées, ce qui entraine un taux élevé de mortalité. Les maladies restent la principale cause de ces mortalités pour 66,6% des exploitants. Le prix d’un coq revient à 13000FC (8$ US) ; tandis que celui d’une poule à 9000FC (5.6$ US). Cette spéculation ne couvre pas la charge familiale pour 72% des enquêtés. Les maladies, le vol, le manque d’encadrement et la prédation sont les principaux problèmes de cette activité. Pour un développement durable de cette filière, les éleveurs demandent une formation, un moyen de lutte contre les maladies et un financement.


Mots clés: aviculture familiale, traditionnelle, maladies, Kisangani, R.D. Congo