Résumé

La mouche méditerranéenne des fruits, Ceratitis capitata (Wiedemann) (Diptera: Tephritidae), est l’un des principaux ravageurs des cultures fruitières au Maroc et dans le monde. Un élevage de masse réussi et optimisé de ce ravageur est un élément clé de plusieurs stratégies de lutte intégrée. Dans ce contexte, des colonies de mouches méditerranéennes méditerranéennes, C. capitata, issues de pupes de fruits d'argan infestées et récoltées sur le terrain ont été établies, entretenues et étudiées au laboratoire pendant 21 générations successives. Le cycle vital et les paramètres démographiques ont été suivis sur 14 générations. Par la suite, les 20e et 21e générations ont été étudiées pour évaluer respectivement la production optimale de pupes et d'oeufs. Par conséquent, différents volumes d'oeufs variant de 0,25 à 3 ml ont été ensemencés avec un régime alimentaire larvaire de 1 kg et les cages adultes ont été peuplées avec des densités de pupes de 2000 à 20 000. Notre étude a mis en évidence le potentiel d'adaptation de la mouche méditerranéenne aux conditions de laboratoire. En fait, à partir de la génération 7, tous les œufs sont pondus à travers les cages en filet au lieu du dispositif de ponte. La production d'œufs, la production de pupes, le taux d'éclosion des œufs, le taux d'émergence des pupes et la période de développement larvaire ont été améliorés au fil des générations. Nos données recommandent l’utilisation de 1,25 à 1,5 ml d’œufs par kilogramme de régime et de 16 000 chrysalides par cage afin d’optimiser la production de pupes et d’œufs. D'autres expériences, notamment en ce qui concerne la condition physique, la compétitivité de l'accouplement et la variation génétique, sont nécessaires pour étudier la stabilité des populations après des phases de captivité supplémentaires en laboratoire.
 
Mots clés: mouche méditerranéenne des fruits, Ceratitis capitata, Tephritidae, Domestication, élevage en masse, souche sauvage