Résumé

La présente étude vise à localiser d’éventuels foyers des infections d’origines fongiques et bactériennes de l’olivier au niveau de la région de Tadla-Azillal et d’en estimer les taux d’infestation sur la base d’un diagnostic symptomatologique. Les prospections effectuées dans 11 communes et villages (Février-Avril 2017), nous ont permis de recenser la présence de trois maladies d’origine microbienne dont deux d’origine fongique à savoir la verticilliose, et la tavelure (l’œil de paon) et une d’origine bactérienne, la tuberculose de l’olivier. L’importance de la tavelure dans la région est 91,30 %. Les vergers de Béni Mellal, Tagzirt, Mghila et Sidi Jabber, sont les plus touchés par cette maladie. Quand à la verticilliose, une des maladies les plus graves de l'olivier, représente 65,21% dans la région notamment au niveau des vergers de Fquih Ben Salah (75%) qui sont les plus atteints suivis de Béni Mellal et Azillal avec 66,67% et 55,56%, respectivement. L’importance de bactériose dans les oliveraies est aux alentours de 13,04%. Sur 6 douars et communes de la région de Béni Mellal visités, 2 (soit 33,34%) sont atteints de la maladie. Dans la région d’Azillal, aucun signe de cette maladie n’est rencontré. L’évaluation des connaissances de 103 agricultures de la région vis-à-vis les phytopathologies et les méthodes de lutte révèle que 82,82% ayant des connaissances sur la présence des ravageurs et maladies microbiennes, dont l’œil de paon, le psylle, la verticilliose sont les plus mentionnés. Néanmoins, seulement 48,52% de ces agriculteurs déclarent l’adoption d’un traitement phytosanitaire contre ces phytopathologies.