Résumé

La présente étude porte sur les problèmes phytosanitaires du myrtillier au Maroc. Il s’agit de la première en son genre et vise à diagnostiquer les problèmes phytosanitaires du myrtillier et les pratiques des agriculteurs par le biais d’enquêtes auprès des producteurs nationaux. Les enquêtes menées auprès de 44 producteurs du myrtillier dans les régions du Loukkos, du Gharb et du Souss-Massa ont couvert 66% (927,5 ha) de la superficie cultivée par le myrtillier (1400 ha en 2017). La filière du myrtillier s’est avérée très développée en raison de la forte présence (60%) des grandes exploitations (>20 ha) dans l’échantillon, d’autant plus que de 66% des agriculteurs enquêtés ont un niveau d’instruction supérieur au baccalauréat. Par ailleurs, la totalité des exploitations sont certifiées Global Gap tandis que 84% sont certifiées Tesco Nurture. Les résultats des analyses suggèrent que la pourriture grise, l’oïdium et la pourriture racinaire sont les maladies les plus répandues dans les exploitations avec des taux d’infection de 66%, 45% et 39% respectivement. Pour ce qui est des ravageurs, les plus importants sont l’Aphis spp. avec un taux de 82%, le Dasineura oxycoccana avec 68%, le Franklienna spp. avec 52% et finalement la Drosophila suzukii avec 41%.


Mots clés : myrtillier, problèmes phytosanitaires, pourriture grise, oïdium, pourriture racinaire, Aphis spp., Dasineura oxycoccana, Franklienna spp., Drosophila suzukii