Résumé

La présente étude porte sur l’analyse de la chaîne de valeur de la pomme de terre dans les régions de Tanger-Tétouan-Al Hoceima (TTH) et Casablanca-Settat (CS). Notre point de départ est une analyse descriptive des données récoltées sur le terrain et de la revue bibliographique. Puis, à travers une analyse fonctionnelle, nous identifions les acteurs de la chaîne, leurs fonctions et formes d’organisation, et les flux d’échange tout au long de celle-ci. Le manque de soutien institutionnel, la non diversification de l’offre marocaine et son abondance en période de production de saison, les faibles niveaux d’organisation et de capacité de stockage et valorisation disponible dans chacune des régions d’étude sont les principales contraintes qui s’opposent à l’amélioration de la situation de la filière pomme de terre. Sur le plan financier, l’étude des prix de revient, des marges bénéficiaires, des bénéfices et valeurs ajoutées pour les différents maillons de la chaîne révèle que le coût de revient moyen de 1,6 DH/kg de pomme de terre pour le maillon « producteur ». Pour le maillon des intermédiaires commerciaux, le coût de revient le plus élevé est supporté par le détaillant. Grâce à l’analyse globale et à l’élaboration d’une matrice SWOT de la filière pomme de terre, nous avons pu tracer une feuille de route qui propose des actions pour améliorer la situation de ladite filière, sur chacun des axes de l’amont, de l’aval, de la commercialisation et de l’agrégation agricole. Des propositions concrètes pour une unité de stockage et de conditionnement à CS et une unité de transformation de frites à TTH ont également été faites à travers l’élaboration de plans d’affaire qui ont assuré la viabilité et la rentabilité des deux projets (VAN positives, et des TRI de 13,56 % et de 11,16% respectivement pour le projet de TTH et celui de CS avec un taux d’actualisation de 7%).


Mots-clés : Chaîne de valeur, pomme de terre, agrégation agricole, valorisation, rentabilité.