Résumé

Au Maroc, les effets des changements climatiques couplés à la dégradation des ressources en sol constituent des facteurs majeurs limitant le développement socio-économique. Parmi ces facteurs, le labour intensif pratiqué par les agriculteurs marocains provoquent l’appauvrissement des sols en matière organique (MO) et affectent leurs propriétés physiques (stabilité structurale, densité apparente) ce qui favorise leur érosion. L’objectif de ce papier est d’évaluer dans quelle mesure le semis direct (SD), peut être utilisé pour remédier à ces divers défis précités. La méthodologie adoptée consiste à suivre les teneurs en MO à différentes profondeurs dans deux sites sur des sols du Maroc Central ayant des conduites contrastées de labour sur le moyen et le long terme: semis direct (SD) et semis conventionnel (SC). En complément, nous avons étudié l’effet du SD sur deux propriétés physiques du sol à savoir : la stabilité structurale et la densité apparente (Da). Les résultats obtenus ont montré les effets favorables du système du SD sur ces propriétés du sol. Des différences entre les deux traitements ont été enregistrées, d’une part, à la surface du sol après 10 et 11 ans d’essai (premier site) et d’autre part, en profondeur après 32 ans d’essai (deuxième site). Ces différences ont été significatives (P-value <0,05) pour tous les paramètres à l’exception de la Da. On en conclut que le SD a amélioré la qualité du sol sur le moyen et le long terme, ce qui contribue à réduire sa vulnérabilité à l’érosion.


Mots Clés: semis direct, matière organique, stabilité structurale, densité apparente, Maroc Central