Résumé


Le présent article propose une évaluation des coûts produits par l’érosion hydrique au sein des terres agricoles fortement exposées à l’érosion dans le bassin versant Tleta situé dans le Rif, au nord du Maroc. La méthodologie adoptée est originale et permet de distinguer les coûts en fonction de trois niveaux de sévérité de l'érosion tout en prenant en compte les apports compensatoires, souvent invisibles, des mesures d'adaptation mises en œuvre par les agriculteurs. Les écarts entre les marges brutes obtenues dans trois zones, classées selon l'intensité de l'érosion, sont comparés deux à deux. Les pertes de bénéfices conséquentes à chaque degré de sévérité de l'érosion hydrique sont déduites des écarts observés par rapport à la zone faiblement dégradée. Les coûts d'opportunité du travail non rémunéré issu de l'entraide villageoise, identifiée comme pratique courante au niveau du bassin étudié pour pallier les dégâts de l'érosion, sont également estimés dans chacune des zones. Les estimations obtenues sont extrapolées à l'ensemble de la sole céréalière du bassin versant pour estimer le coût total produit par l'érosion hydrique.


Mots clés : Évaluation économique, coûts de la dégradation, érosion hydrique, perte de bénéfices, conservation des sols, coûts de l'érosion, Rif, Maroc