Résumé

Le riz (Oryza sativa) constitue l’aliment de base de plus de la moitié de la population mondiale. Sa production est confrontée à plusieurs contraintes biotiques. En effet, la pyriculariose du riz (Pyricularia oryzae) et l’helminthosporiose du riz (Helminthosporium oryzae), des adventices, et des oiseaux granivores impactent négativement le rendement. Cette synthèse bibliographique a pour objectifs d’identifier les principaux organismes nuisibles à la culture du riz et d’établir la protection phytosanitaire contre ces derniers. Une mise au point a été faite sur la plaine de Gharb au Maroc. Il ressort que les pratiques culturales telles que le nivellement du sol sont importantes pour toutes les méthodes à suivre alors que la lutte biologique n’était pas très adoptée dans le monde due à ses coûts, son efficacité et les conditions climatiques au champ. Les méthodes traditionnelles restent les méthodes les plus utilisées sur le plan écologique pour effrayer les oiseaux granivores. Cependant, la lutte chimique contre la pyriculariose et l’helminthosporiose du riz via le tricyclazole et le propiconazole, respectivement sont les matières actives les plus efficaces pour inhiber la sévérité de ces champignons. Le mélange raisonnable d’herbicides pour contrôler des adventices était efficace. Ceci est une des solutions pour éviter le problème de résistance. Au regard de ces méthodes de lutte, le renforcement des pratiques culturales et la surveillance du développement des organismes nuisibles permettent de réduire l’utilisation des produits phytosanitaires pour la protection de la culture de riz et de l’environnement.


Mots clés : Oryza sativa, plaine du Gharb, Pyricularia oryzae, Helminthosporium oryzae, adventices, oiseaux granivores