Résumé

L’eau devient un bien rare et coûteux, et ne permet d’irriguer que des surfaces de plus en plus limitées. Les irrigations sont mal maîtrisées, permettent une accumulation de plus en plus importante de sels et participent à la dégradation des sols. L’eau de pluie retenue par le sol est importante et doit être étudiée tout d’abord par son volume et par la suite par ses fluctuations dans le temps. Le volume réel de sol exploité par les racines, les espèces végétales viables et économiques qui seraient capables de valoriser de telles potentialités hydriques doivent également être évalués. La principale contrainte à résoudre pour la mise en valeur de ces sols serait le maintien d’une alimentation équilibrée en eau des cultures. Au cours de ce travail, nous allons traiter simultanément la réserve hydrique du sol sous chaque parcelle considérée (Colza, jachère), durant l’année 2007-2008. L’analyse des profils hydriques montre que les sols maintenus en jachère perdent plus d’eau durant cette période que les sols cultivés. Il est temps de chercher les moyens et les mesures nécessaire pour utiliser rationnellement cette eau. Cela passera nécessairement la compréhension des flux hydriques dans le sol, ses rapports avec la plante et l’atmosphère.


Mots clés : Eau de pluie, Propriétés du sol, Espace végétale, Profil hydrique, Réserve hydrique.