Résumé

Une évaluation des populations de pucerons et de leurs ennemis naturels sous culture de bananier plantain bordée de plants de tomate et de piment a été réalisée de mars à octobre 2012 dans la région de Bengamisa, en RD Congo. Des différences significatives sur la diversité et l’abondance des populations aphidiennes et aphidiphages ont été observées entre les espèces végétales hôtes expérimentées à P<0,05. Les familles principales (Aphididae, Aphidiidae et Coccinellidae) ont été identifiées ; dont la famille des Coccinellidae a été la plus importante en termes d’espèces prédatrices regroupant 9 espèces aphidiphages, soit 23%. De cette étude, la tomate attire les populations de pucerons et d'insectes aphidiphages les plus diversifiés (3 espèces de pucerons et 9 espèces d’insectes auxiliaires). Le bananier (1 seule espèce de pucerons et 7 espèces d’insectes auxiliaires) et le piment (3 espèces de pucerons et 7 espèces d’insectes auxiliaires), en attirent moins. Ces résultats suggèrent une attraction spécifique entre auxiliaires et plantes due à la reconnaissance des molécules spécifiques émises par les plantes. La tendance à une distribution préférentielle d’insectes aux plantes hôtes s’est conservée pendant les deux saisons, ce qui traduit une inféodation différentielle d’espèces aux plantes et une spécialisation dans l’alimentation d’insectes.


Mots-clés : lutte biologique, Aphididae, plante marginale, insecte auxiliaire.