Résumé

L’examen de l’aptitude à la reproduction (EAR) du mâle est une composante importante de l’élevage des petits ruminants. L’EAR est mieux réalisée 2 mois avant la saison de reproduction. Il est basé sur l’examen clinique et physique ainsi que sur la détection des anomalies des spermatozoïdes. En considérant les résultats de cet examen, les béliers sont classés en 4 catégories: Insatisfaisant, douteux, satisfaisant et excellent. Les béliers satisfaisants permettront d’obtenir de bonnes performances de reproduction s’ils sont mis pendant 60 jours pour saillir des brebis au ratio de 1:50. Cependant, des béliers exceptionnels peuvent réaliser une bonne performance reproductive au ratio de 1 bélier pour 100 brebis. Chez le bouc, la circonférence scrotale doit être d’au moins 25 cm pour les races pesant plus de 40 kg. Il est considéré comme satisfaisant s’il passe l’examen physique et produit un éjaculat avec au moins 50 % de spermatozoïdes progressivement mobiles et moins de 30 % d’anomalies totales des spermatozoïdes. Cet article examine les facteurs affectant la fertilité, la production et la qualité du sperme ainsi que la libido et la capacité de saillie chez le bélier. Les détails de l’examen de l’appareil génital et du sperme et l’interprétation des résultats sont traités. La classification des béliers selon leur potentiel de reproduction est présentée. Des recommandations spécifiques, lorsqu’elles sont disponibles pour le bouc, sont mises en évidence. Les principales maladies génitales sont traitées. La cause de réforme la plus fréquente chez le bélier est l’épididymite à Brucella ovis. La réforme systématique des béliers à épididymite améliore les taux d’agnelage des troupeaux de 10 à 15 %. Globalement, l’examen de l’aptitude de reproduction chez le bélier et le bouc est un outil important pour l’amélioration de la fertilité des troupeaux et la prévention des maladies contagieuses ou héréditaires.


Mots-clés: Reproduction, maladies génitales, fertilité, bélier, bouc