Résumé

Une étude ethno-botanique de l’espèce Khaya senegalensis a été réalisée en 2015 sur la chaîne de l’Atacora de la zone écologique II au Togo. Elle a pour objectif général de contribuer à la valorisation de l’espèce K. senegalensis et vise spécifiquement à (i) évaluer les connaissances des usages de l’espèce et (ii) déterminer la convergence d’usage inter-ethnique des différentes parties de l’espèce. La collecte des données est basée sur des enquêtes ethno-botaniques semi-structurées par focus groupes auprès de 200 personnes appartenant à 5 ethnies. Les parties de K. senegalensis utilisées sont l’écorce, le bois, les feuilles et les racines avec les écorces comme l’usage le plus cité (99,0 %). Ses organes sont utilisés surtout en médecine traditionnelle dans le traitement de 34 maladies et symptômes. La différence en nombre moyen d’usage des organes de l’espèce est significative au niveau des ethnies (P= 0,000), des classes d’âge (P= 0,003) et du genre (P= 0,040). Le niveau de connaissance des usages de l’espèce est plus élevé chez les ethnies Tem, Lamba, Kabyè et Tamberma. L’étude met l’accent sur l’importance de la valeur d’usage ethno-botanique pour améliorer le statut de gestion durable de cette espèce économiquement importante pour sa production en bois d’œuvre.


Mots-clés: Khaya senegalensis, ethno-botanique, chaîne de l’Atacora, Togo.