Résumé

L’étude de la réponse des cultures au déficit hydrique est importante dans les zones où les ressources en eau sont limitées. Cette étude a été réalisée sur la période 2008-2011 dans l’objectif d’étudier l’effet du déficit hydrique sur la productivité du bersim dans le périmètre de Tadla. Quatre régimes hydriques (100 %, 80 %, 60 % et 40 % ETc) ont été comparés sous les deux techniques d’irrigation gravitaire et localisée. Les observations ont porté sur le sol, la biomasse à chaque coupe et le système racinaire. Les résultats ont montré que le rendement annuel maximal moyen obtenu est de 16,2 t.ha-1. Les réductions de rendements en appliquant 60% des apports en eau sont de 40 et 42 % en 2009/10 et 2010/11 respectivement. La contribution des cycles sans irrigation au rendement annuel varie de 35 % sous le régime 100 % ETc à 52 % sous 40 % ETc. L’efficience d’utilisation de l’eau du bersim sur toute la période de culture est de 3,37 kg.m-3. Le rendement moyen maximal obtenu sous le goutte à goutte est de 15,7 t/ha. Il a été obtenu avec un apport en eau de 411 mm, ce qui a permis une économie d’eau de 57 % par rapport au gravitaire.


Mots clé : Bersim, déficit hydrique, irrigation gravitaire, micro irrigation, efficience d’utilisation de l’eau, Maroc.