Résumé

Du 11 janvier au 25 février 2022, des mouches ont été capturées dans la ville de Korhogo, en zone soudanaise de Côte d’Ivoire. Le but était d’évaluer le rôle potentiel de ces mouches dans la transmission des infections bactériennes aux hommes et aux animaux dans la zone urbaine. Les captures ont été opérées à l’aide d’un piège aseptisé à appât alimentaire, dans quatre types d'écosystèmes (restaurants, cantines scolaires, marchés, abattoirs, lieux d’élevage). Deux espèces de mouches synanthropes ont été capturées et identifiées : Musca domestica et Chrysomya albiceps. Elles ont permis de caractériser, au laboratoire, 7 espèces de bactéries : Escherichia coli, Salmonella sp., Proteus sp., Klebsiella sp., Staphylococcus sp., Bacillus sp. et Pseudomonas sp. Il en résulte que, dans la ville de Korhogo, le risque de contamination bactérienne est élevé, particulièrement en zones d’élevage et dans les restaurants. Le risque est tout aussi important, mais à un degré moindre et dans des proportions comparables, dans les marchés et les abattoirs. Au niveau des cantines scolaires, le risque apparait le plus faible. Cependant, les enfants courent toujours un danger parce que les proportions des mouches synanthropes et des bactéries pathogènes qui y circulent, restent notables.


Mots clés : Mouches synanthropes, Bactéries, Zone urbaine, Côte d’Ivoire