Résumé

L’intensification des productions avicoles, l’augmentation de la capacité des infrastructures et la gestion de plus grands effectifs de volailles nécessitent des procédures de gestion technico économique (GTE) appropriées mises en œuvre dans les exploitations en vue de satisfaire les exigences des marchés. Les mesures de biosécurité et de suivi exigent une surveillance accrue des productions, de la santé et du bien-être des volailles. La mise en place de systèmes «intelligent» de gestion telles les technologies utilisées dans les élevages dits de précision, l’installation de capteurs, l’automatisation des process et des plateformes facilitent la conduite en temps réel permettant d’optimiser la production, de minimiser les coûts et aident aux prises de décision fondées sur les données collectées. Cette étude a eu pour objectif de constituer une typologie des technologies en place dans 15 unités de production de volailles de chair (10 de poulets et 5 de dindes) à l’aide d’enquêtes exhaustives menées par téléphone entre Mars et Juin 2020. Les sondes de contrôle des conditions d’ambiance (température, humidité), les automates recevant des données générées par les objets connectés, les capteurs (ventilation, consommation alimentaire, etc…) et les caméras ont été les technologies les plus utilisées. Les caméras exploitées principalement à des fins de surveillance à l’extérieur des bâtiments d’élevage sont utilisées à 60% dans les unités de poulets de chair et 80% dans celles de dindes. Les enquêtes effectuées n’ont pas révélé d’utilisation de biocapteurs, de lunettes connectées, de microphones, de robots ou de puces de radio-identification (RFID). L’accès aux données générées par les technologies à travers les applications essentiellement relatives aux conditions d’ambiance, ventilation, consommation alimentaire, etc… a été déclaré dans 50% élevages de poulets de chair et 60% de dindes de chair. L’entrave majeure au fonctionnement des technologies «connectées» demeure la disponibilité du réseau d’internet dans certaines zones de production. D’autres technologies peuvent être proposées en vue d’améliorer la gestion et la productivité des entités avicoles. La suggestion d’éventuels moyens «intelligents» aidera les opérateurs à prendre des décisions mieux fondées, en temps réel, diminuera les risques et accroîtra la rentabilité de leurs entreprises.


 Mots-clés : Big data, Technologies connectées, Internet des objets, Volailles, Maroc