Résumé

La répartition géographique des écosystèmes forestiers méditerranéens est largement influencée par les conditions du milieu notamment les paramètres climatiques et orographiques. Cet article porte sur  l’étude des variables influençant la répartition spatiale du pin d’Alep à l échelle de la Tunisie. Cependant, il est important de mentionner un autre type de menaces qui risque bien de bouleverser, à l’avenir, de cet écosystème  forestier, ce sont les impacts liés aux changements climatiques. Dans cette étude, le développement d’un modèle à l’échelle de l’aire de pin d’Alep par combinaison des variables environnementales et des points de présence de l’espèce selon le principe d’entropie maximale, a permis, de connaitre les principales variables responsables de sa distribution, ainsi, de cartographier la répartition potentielle des pinèdes sous les conditions climatiques actuelles et futures. Le modèle développé avec Maxent a montré une bonne prévisibilité avec une AUC > 0,9. Les résultats ont montré que les précipitations annuelles, l’altitude, la pente et l’amplitude thermique semble être les principaux facteurs de la distribution spatio-temporelle du pin d'Alep dans la zone d’étude. Une comparaison de la couverture végétale actuelle avec la répartition potentielle actuelle met en évidence une fragmentation de l’habitat naturel de cette espèce conifère. En effet, l’aire de répartition actuelle ne représente que 25% de l’habitat favorable à cette espèce. Conséquences de l'action de l'homme sur son environnement. Cependant, la simulation de cette aire potentielle de distribution de l’espèce selon deux scénarios de réchauffement RCP2.6 et RCP8.5, aux horizons 2050 et 2070, permet d’évaluer et de cartographier l’impact potentiel du changement climatique sur le pin d’Alep. Ainsi, les distributions futures semblent être affectées par le climat futur. En réponse aux changements climatiques, le pin d'Alep peut présenter deux tendances contrastées. Une évolution progressive dans le nord et une évolution régressive dans sa limite inférieure. Cependant, l’expansion des aires favorables pourrait être plus importante qu’un rétrécissement. Le climat futur pourrait convertir les zones qui sont actuellement peu favorables au pin d’Alep (subhumides humides) en zones très favorables.


Mots clés: Pin d’Alep, paramètres climatique et orographiques, changement climatique, Maxent, Tunisie